Toutes les actualités

Chefs-d'œuvre de Budapest : la fin du Moyen Âge

Chefs-d'œuvre de Budapest

Chefs-d'œuvre de Budapest : la fin du Moyen Âge

Chefs-d'œuvre de Budapest : la fin du Moyen Âge

Publié le 10 Mars 2016
Aucune date précise ne saurait fixer, de manière pertinente pour toute l’Europe, une fin pour le Moyen Âge...

Tout au plus s’accorde-t-on pour identifier le XVe siècle comme une période charnière. D’un point de vue artistique, le passage du dernier style gothique au langage de la Renaissance peut apparaître comme un repère. Mais dans les faits, la révolution reste bien moins radicale que ne l’énonce la théorie, et cela même au sein de l’école italienne qui en est le laboratoire au XVe siècle. D’ailleurs, si le Moyen Âge s’achevait vraiment là où frémit la Renaissance, ne faudrait-il pas remonter au début du XIVe siècle, à l’époque de Giotto dont les oeuvres portent déjà en elles les prémices de ce renouveau au fondement de l’art occidental des siècles suivants ? Cette première section invite d’entrée le visiteur à s’interroger sur ce Moyen Âge tardif et sur ses multiples visages en Europe, depuis les émules de Giotto jusqu’aux premières années du XVIe siècle.

La place prépondérante donnée à l’art hongrois entend rappeler certains moments forts de son histoire, à commencer par le règne de Sigismond de Luxembourg (1387-1437) qui réunit sous une même couronne la Bohême et la Hongrie et voit la floraison d’un style raffiné, plein de douceur. Le métissage entre gothique tardif et influences italiennes dont témoigne La Présentation au Temple rappelle encore, vers 1500, le rôle actif joué dans la seconde moitié du XVe siècle par le grand roi humaniste Matthias Corvin (1458-1490) dans l’importation en Hongrie des formes nouvelles de la première Renaissance italienne.
 

© Maso di Banco, Le Couronnement de la Vierge, Vers 1328-1330, Or et tempera sur panneau de bois, Budapest, musée des Beaux-Arts