Toutes les actualités

Gustave Courbet

Paul Durand-Ruel, le pari de l'impressionnisme. Manet, Monet, Renoir

Gustave Courbet

Gustave Courbet

Publié le 12 Décembre 2014
Au début des années 1870, Paul Durand-Ruel jeta aussi son dévolu sur Gustave Courbet, peintre assez proche de l’école de 1830. Jusqu’ici, il n’avait que quelques tableaux de lui, achetés de concert avec Brame, mais il décida de se lancer dans une politique d’achat plus agressive. D’un point de vue politique, Durand-Ruel — conservateur, catholique et royaliste — se situait à l’opposé de Courbet, qui appartenait à la gauche radicale, mais cela ne l’empêcha pas de lui apporter son soutien.

COURBET ET DURAND-RUEL

 

Au début des années 1870, Paul Durand-Ruel jeta aussi son dévolu sur Gustave Courbet, peintre assez proche de l’école de 1830. Par cette expression, Durand-Ruel désigne les peintres romantiques comme Delacroix, mais aussi les tenants du paysage réaliste comme RousseauCorotMillet ou Courbet tout en traduisant sa profonde admiration. Cette « belle école » est au cœur des activités de la galerie. Jusqu’ici, il n’avait que quelques tableaux de Courbet, achetés de concert avec Hector Brame, mais il décida de se lancer dans une politique d’achat plus agressive. D’un point de vue politique, Durand-Ruel — conservateur, catholique et royaliste — se situait à l’opposé de Courbet, qui appartenait à la gauche radicale, mais cela ne l’empêcha pas de lui apporter son soutien. À l’époque de la guerre de 1870, quand l’atelier parisien de Courbet fut menacé par les bombardements prussiens, Durand-Ruel mit à l’abri des œuvres majeures comme Un enterrement à Ornans et L’Atelier du peintre.

Peu après, il manifesta son ouverture d’esprit en achetant le Retour de la foire, œuvre anticléricale, qu’il revendit immédiatement avec un bénéfice de cinquante pour cent. À l’époque, Durand-Ruel se concentrait sur les paysages, qu’il achetait souvent par lots directement au peintre. En avril 1872,  il acquit ainsi vingt-six tableaux. Au début de l’année suivante, il acheta un autre lot de vingt-quatre tableaux, dont des marines et des vues de Franche-Comté. Il monta également une exposition Courbet à Vienne au moment de l’Exposition universelle de 1873. Courbet lui témoigna sa gratitude.

 

COURBET (1819-1877), C'EST AUSSI...

 

  • Une enfance heureuse et aisée, grâce à l'important patrimoine terrien de son père
  • Une grande ténacité et une forte assurance
  • De nombreuses heures passées à copier les maîtres comme Rembrandt, Rubens, Caravage ou Titien au Louvre
  • Une forte admiration pour ses contemporains romantiques Delacroix et Géricault
  • Le chef de file du réalisme avec son tableau-manifeste L’Atelier du peintre mit à l'abris par Durand-Ruel lors des bombardements prussiens
  • Une réputation solide qui lui permet d'exposer au Salon
  • Mais aussi un provocateur qui s'attire les foudres des critiques avec des toiles comme Un enterrement à Ornans ou L'Origine du monde
  • Un peintre engagé, notamment lors de la Commune, il sera emprisonné pendant plusieurs mois

 

< Revenir aux actualités autour de l'exposition