Toutes les actualités

Henri VIII et ses femmes : entre l'histoire et la légende

Henri VIII et ses femmes : entre l'histoire et la légende

Henri VIII et ses femmes : entre l'histoire et la légende

Henri VIII et ses femmes : entre l'histoire et la légende

Portrait d'Henri VIII
Publié le 21 Avril 2015
Henri VIII eut six femmes, et toutes n'ont pas eu le fabuleux destin d'une reine...

La renommée d’Henri VIII est indissociable de sa vie matrimoniale. Au-delà de leur nombre, ses mariages restent dans les mémoires pour le drame et le fracas qui entourent leur rupture.

Catherine d’Aragon, répudiée. Anne Boleyn, exécutée. Jeanne Seymour, morte en couches. Anne de Clèves, éconduite à peine épousée. Catherine Howard, décapitée. Seule Catherine Parr tire son épingle du jeu en apportant à Henri un peu de stabilité.

Henri épousa Catherine d’Aragon peu après son avènement. Ils régnèrent ensemble sur le pays pendant plus de vingt ans et eurent de nombreux enfants dont seule leur fille Marie survécut. Parce qu’il lui fallait absolument un héritier mâle, Henri finit par mettre en doute la légitimité de son mariage et voulut en obtenir l’annulation pour être libre d’épouser Anne Boleyn. Devant le refus du pape, Henri rompit avec l’Église catholique et romaine et se déclara chef suprême de l’Église anglicane. Son mariage avec Catherine put alors être annulé et il épousa Anne en 1533. Le couple eut une fille, Élisabeth, ce qui n’empêchera pas Anne d’être exécutée, seulement trois ans plus tard, sous le chef d’accusation d’adultère et de trahison. Henri eut encore quatre épouses : Jeanne Seymour mourut suite à la naissance de son fils ; Anne de Clèves fut éconduite à peine arrivée en Angleterre ; la jeune écervelée Catherine Howard, accusée de traîtrise et d’adultère, fut décapitée ; enfin, Catherine Parr apporta une certaine stabilité à la famille royale durant les dernières années du règne d’Henri.

Il ne subsiste pas pour toutes les femmes d’Henri VIII des portraits effectués de leur vivant et identifiés avec certitude. Mais la fascination qu’exerce sur l’imaginaire ce « tableau de chasse » pousse les artistes des siècles suivants à combler cette lacune. Au XIXe siècle, l’illustrateur français Achille Devéria les réunit ainsi dans une série d’estampes.


Avec toutes ces femmes aux destins tragiques, Henri VIII a-t-il inspiré le mythe de Barbe Bleue ?