Toutes les actualités

L'éternelle jeunesse de la reine Elisabeth

Fun Fact Tudor n°7

L'éternelle jeunesse de la reine Elisabeth

L'éternelle jeunesse de la reine Elisabeth

Publié le 15 Mai 2015
Coquetterie et diplomatie, même à la fin de sa vie, les portraits de la reine Elisabeth étaient ceux d'une jeune femme...

Fun Fact Tudors n°7 : L'éternelle jeunesse de la reine Elisabeth

 

Le saviez-vous ? Même à la fin de sa vie, les portraits de la reine Elisabeth étaient ceux d'une jeune femme...

Dans les portraits d'Élisabeth peints par Nicholas Hilliard à la fin de son règne, la reine est représentée de façon idéalisée et sans âge.De telles images de la reine, éternellement jeune, permettaient alors de faire passer l’idée essentielle que le régime était stable. Ces petits portraits servaient souvent de présents pour les courtisans, comme la miniature cachée à l’intérieur du bijou, ou encore une médaille à son effigie, portant au revers la devise en latin « Le danger même ne l’affecte » (Non ipsa pericula tangunt). La création du « masque de jeunesse » d’Élisabeth pourrait bien participer de la volonté du Conseil privé de contrôler l’image de la reine. 

D’ailleurs, en 1596, le Conseil autorisa la destruction de tous les portraits qui pourraient « être une offense » à la souveraine. Chacune de ses apparitions à la cour devait être tout aussi mise en scène que ses portraits puisque leur propos était de faire écho à sa devise : « Toujours la même » (Semper eadem).

 

 

 

 

(Élisabeth Ire, dit Le Portrait au Phénix, associé à Nicholas Hilliard, vers 1575, Londres, National Portrait Gallery)

 

Les Tudors : du 18 mars au 19 juillet 2015 au Musée du Luxembourg

Réservez votre billet

#Tudors