Toutes les actualités

Une YouTubeuse dans nos musées !

Chefs-d'œuvre de Budapest

Une YouTubeuse dans nos musées !

Une YouTubeuse dans nos musées !

Publié le 01 Avril 2016
"C'est une autre histoire", c'est le nom de la chaîne YouTube de Manon Champier, alias Manon Bril. Son but : vulgariser l'histoire, notamment à travers la série de vidéos "Tu vois le tableau". Dans quelques jours vous découvrirez un nouveau numéro de cette série, en collaboration avec la Rmn-GP pour l'exposition Chefs-d'œuvre de Budapest au Musée du Luxembourg. Rencontre.

Rmn-Grand Palais : Bonjour Manon, vous signez une vidéo avec la Rmn-Grand Palais pour l’exposition Chefs-d’œuvre de Budapest au Musée du Luxembourg. Avant toute chose pouvez-vous nous parler de vous et de votre parcours en quelques mots ?

Manon Champier : Je suis actuellement doctorante en histoire. Avant cela j’ai fait un master « Sciences de l’Antiquité » à Toulouse et j’ai été professeur des écoles pendant 3 ans. Mon sujet de thèse porte sur l’utilisation de la déesse Athéna dans l’imagerie officielle du XIXe siècle, c’est-à-dire toutes les images qui sont produites par l’État (timbres, sceaux, monnaies, façades de monuments publics etc…). L’Antiquité est en effet très à la mode au XIXe, notamment grâce aux grands chantiers archéologiques de la fin du XVIIIe, comme Pompéi, et on utilise beaucoup les figures antiques pour construire des allégories modernes.

Rmn-GP : Vous êtes une « YouTubeuse », pouvez-vous nous parler de votre chaîne "C'est une autre histoire", du concept de vos vidéos ?

MC : C’est une chaîne de vulgarisation de l’histoire, en rapport avec mes thématiques de recherche et mes goûts personnels. Le premier format s’appelle le « Relooking mythologique », il présente une divinité antique en faisant son portrait dans l’Antiquité, puis en montrant des réutilisations qui en sont faites tout au long de l’histoire, jusqu’à nos jours avec le cinéma, les arts, la politique, la culture en général etc..

Le 2e format s’appelle « Tu vois le tableau » et a pour but d’accompagner le visiteur novice au musée. On ne parle pas du tout d’histoire de l’art, c’est plus une éducation de l’œil : on raconte l’histoire ou on explique le thème qui est représenté, on donne des clés de lecture du style « on reconnaît ce personnage parce qu’il est habillé comme ça, il a tel attribut, la scène est reconnaissable car on voit tel et tel perso… ». L’œuvre choisie n’est donc qu’un prétexte et le but est que le spectateur puisse reconnaître les grands thèmes de l’histoire de l’art quelle que soit l’œuvre qui les représente devant laquelle ils se tiennent.

Le dernier format propose de visiter les villes d’une autre façon, en prêtant attention aux petits détails devant lesquels on peut passer sans les remarquer et qui pourtant sont chargés d’histoire ou d’anecdotes rigolotes et insolites.

Rmn-GP : Et pourquoi choisir particulièrement YouTube pour diffuser votre savoir ?

MC : Parce que c’est un format qui me permet de faire exactement ce que je veux, comme je l’entends, sans contrainte académique ou autre. Enfin c’est beaucoup plus regardé que vimeo ou dailymotion.

Rmn-GP : Pouvez-vous nous donner quelques exemples de commentaires qui vous ont fait particulièrement plaisir et qui montrent que votre méthode de transmission des savoirs fonctionne bien ?

MC : Mes préférés sont sans doute ceux des gens qui me disent qu’ils n’aimaient pas l’histoire et que pourtant ils se sont intéressés à nos vidéos ! J’apprécie aussi les spécialistes qui regardent et diffusent, ce qui me donne une certaine crédibilité.
 

Rmn-GP : Qu'est ce qui vous intéresse dans ce partenariat avec la Rmn-GP ?


MC : Je suis extrêmement heureuse de voir que les institutions s’intéressent à notre travail et lui accordent de la reconnaissance. C’est toujours de la crédibilité gagnée pour moi et c’est l’occasion de commencer à donner une tournure professionnelle à la chaîne en enrichissant mon CV. J’ai beaucoup apprécié le fait que la Rmn-GP veuille faire du « Manon Bril » et exactement du « Manon Bril » et ne cherche pas à lisser le ton ou autre. Par exemple c’est la Rmn qui a insisté pour qu’on ne tourne pas dans le musée, mais en extérieur, exactement comme on le faisait sur notre chaîne.


Rmn-GP : Votre vidéo portera sur des tabeaux de l'exposition Chefs-d'œuvre de Budapest au Musée du Luxembourg, cette passion pour la Hongrie, ça vous a pris toute petite ?

MC : J’adore la Hongrie, ce que je préfère c’est la statue de la liberté, c’est vraiment très beau :)

 


Pour en savoir plus sur Manon, elle était il y a peu l'invitée de l'émission La Fabrique de l'Histoire sur France Culture.