Toutes les actualités

Les déesses urbaines de Vuillard

La commande qui a marquée un tournant dans la carrière du peintre !

Les déesses urbaines de Vuillard

Les déesses urbaines de Vuillard

Publié le 10 Avril 2019
Vuillard est âgé de trente-six ans lorsqu’il reçoit une commande de son ami Alexandre Natanson pour réaliser un décor monumental destiné à orner le salon-salle à manger de son hôtel particulier, près du bois de Boulogne : cela marquera un vrai tournant dans sa carrière !

Alexandre Natanson, directeur de la revue d'avant-garde La Revue Blanche, lui témoigne sa confiance en lui laissant carte blanche pour le sujet des panneaux destinés à être encastrés dans des boiseries.

Vuillard, qui travaille alors sur le thème des jardins publics, conçoit un cycle de neuf compositions en diptyque ou triptyque représentant différents lieux ainsi que des dessus-de-porte. Ce thème de plein air tiré de la vie moderne, où chaque scène peut être lue de manière autonome ou dans la continuité, était inédit pour un décor intérieur. 

 

Hauts de 214 cm, les panneaux ont été interprétés comme une célébration de l’enfance et rattachés aux fêtes galantes du XVIIIe siècle, aux pastorales
blondes, calmes et classicisantes de Puvis de Chavannes et au manifeste de Georges Seurat sur les loisirs urbains, Un dimanche après-midi à la Grande Jatte (1884). Pour peindre ces scènes de nourrices, de mères, d’enfants et de bébés, Vuillard s’est servi des personnages qu’il a croqués aux Tuileries, près de chez lui, et au bois de Boulogne, à quelques rues de chez les Natanson, mais il s’est aussi inspiré de tapisseries, notamment celle de La Dame à la licorne, qu’il a vue au musée de Cluny juste avant de commencer ce travail.

À la fin de 1894, les panneaux sont en place. L’ensemble est inauguré en février 1895 lors d’une somptueuse soirée réunissant trois cents personnes, au cours de laquelle Henri de Toulouse-Lautrec sert des cocktails à l’« American Bar ». Les Natanson vont garder les peintures durant trente-cinq ans, les emportant avec eux dans deux autres lieux d’habitation, moins grands.

Venez admirez cet ensemble exceptionnel dans l'exposition Les Nabis et le décor, au Musée du Luxembourg jusqu'au 30 juin 2019

Réservez votre billet