Toutes les actualités

Qu'est ce que le style Mucha ?

à découvrir au Musée du Luxembourg !

Qu'est ce que le style Mucha ?

Qu'est ce que le style Mucha ?

Publié le 30 Octobre 2018
"Mon art, si je peux l’appeler ainsi, s’est cristallisé. Il était en vogue. Il s’est répandu dans les usines et les ateliers sous le nom de “style Mucha”." Alphonse Mucha

Mucha élabore son style décoratif en s’inspirant d’une variété de motifs ornementaux – japonais, celtiques, islamiques, grecs, gothiques et rococo – reproduits dans les ouvrages de référence dont il dispose. Ses racines slaves en restent toutefois indissociables et accompagnent toute son évolution.

À partir de 1896, il intègre des éléments traditionnels de son pays d’origine sous forme de robes, de fleurs et autres motifs botaniques inspirés de l’art et de l’artisanat populaire moraves. Les halos, très présents, rappellent les icônes byzantines (selon Mucha, l’art byzantin est au fondement de la civilisation slave), tandis que les courbes et les dessins géométriques évoquent le décor des églises baroques tchèques.
Alors que Paris connaît une vague de slavophilie alimentée par la visite officielle en 1896 du tsar Nicolas II de Russie, les affiches de l’artiste rencontrent l'enthousiasme des Parisiens.

Des lignes aux courbures élégantes, des fleurs, des végétaux et autres motifs naturels, des figures élancées de femmes idéalisées aux longues chevelures flottantes : telles sont les caractéristiques du « style Mucha », comme on l’appellera en France.

Série Les Arts (de gauche à droite : La Danse, La Peinture, La Poésie et Le Musique), 1898. © Mucha Trust 2018

Dans cette série qui rend hommage aux quatre arts, Mucha souligne la contribution de la nature à l’inspiration créatrice en proposant pour chaque art une toile de fond circulaire avec un motif naturel associé à un moment particulier de la journée. Ainsi, pour la Danse, des feuilles tombent, portées par une brise matinale ; pour la Peinture, une fleur rouge se révèle en pleine lumière derrière les arcs-en-ciel ; pour la Poésie, l’étoile du soir brille dans le ciel au crépuscule ; et pour la Musique, des oiseaux chantent au moment où la lune se lève. 

Mucha y réalise un style de composition harmonieux, qu’on appellera plus tard la « formule Q ». Évolution de compositions antérieures où figurent des halos, cette formule incorpore une silhouette assise dans un motif circulaire terminée par une draperie formant la queue de la lettre. Son mouvement oscillant fait contrepoint aux formes curvilignes créées par les cheveux fluides et autres motifs décoratifs. Au cours des années suivantes, Mucha revisitera ce style de composition, qui apparaît dans de nombreuses oeuvres de cette période.

Venez admirer cette série et le style Mucha au Musée du Luxembourg jusqu'au 27 janvier 2019 ! 

Réservez votre billet !