La Madone à la grappe

La Madone à la grappe

La Madone à la grappe

Partager
Origine et date: 
La Madone à la grappe, vers 1520-25, Munich, Alte Pinakothek
Artiste(s): 
1472
1553

LA MADONE À LA GRAPPE

 

Parmi les nombreuses Madones de Cranach, peu jouissent d’une aussi grande popularité que ce tableau de Munich, qui bénéficie en outre d’une illustre provenance. En effet, d’après l’étiquette au dos du tableau, la « Madone aux raisins » se trouvait vers 1550 en possession de Raymund Fugger. Cranach a donc pu peindre ce tableau à la demande d’un membre de la célèbre famille de marchands d’Augsbourg. Tout comme les deux anges en mouvement, qui soutiennent la draperie en arrière-plan, les vêtements richement plissés et les cheveux de Marie semblent être remplis de vie. Ces détails soulignent encore davantage la relation poétique et intime entre la mère et l’enfant.

Cranach parvient à mettre en évidence, à travers des détails comme les doigts déployés, qui apparaissent comme une étrangeté anatomique, le caractère vivant du garçonnet. La grappe de raisins soulevée ou caressée par les deux personnages n’est pas un accessoire quelconque, puisqu’elle fait aussi bien référence à Marie qu’au Christ enfant. Selon les représentations du Christianisme ancien, la Vierge est assimilée à la vigne, qui permet à l’enfant Jésus de mûrir en tant que raisin divin. Les références au Christ sont multiples : le raisin renvoie au Sacrement de l’Eucharistie, mais aussi au pressoir, qui symbolise la mort du Christ en martyr. Le regard légèrement nostalgique de Marie, qui veille sur l’enfant Jésus, peut être interprété comme une preuve de la détermination du Christ. Son immense beauté se reflète également à travers les traits fins et les couleurs riches.

 

 

Revenir au parcours numérique