L’incrédulité de saint Thomas et l’évêque saint Magne

L’incrédulité de saint Thomas et l’évêque saint Magne

L’incrédulité de saint Thomas et l’évêque saint Magne

Cima da Conegliano, maître de la Renaissance vénitienne
Partager
Origine et date: 
L’incrédulité de saint Thomas et l’évêque saint Magne, vers 1504-1505, Venise, Galleria dell’Academia © Giovanni C.F. Villa, Centro di Arti Visive, Università degli Studi di Bergamo
Artiste(s): 
1459
1517

Ce tableau a été peint par l’artiste au début du XVIe siècle pour l’autel de la confrérie des maçons (Scuola dei Mureri), dont saint Thomas et l’évêque saint Magne étaient les saints patrons. Le peintre représente ici au centre de la composition le moment précis où le Christ invite l’apôtre saint Thomas - qui refusait de croire en sa résurrection avant de l’avoir vu - à toucher ses plaies, en dirigeant la main du saint vers son côté (Evangile selon saint Jean, XX, 24-29).

Dans cette œuvre, Cima situe l’épisode sous une grande arcade classique ouverte sur un paysage montagneux et sur un ciel lumineux, parsemé de nuages blancs. Au centre, le Christ constitue l’axe de la composition. La lumière provenant de la gauche vient éclairer la scène et focalise l’attention du spectateur sur le groupe de saint Thomas et du Christ que l’évêque saint Magne observe stupéfait. Encore une fois, le peintre étudie avec une grande attention la répartition des ombres et de la lumière.

 

< Revenir au parcours numérique