Autoportrait, vers 1928 Photo © RMN-Grand Palais / Gérard Blot
Voir toutes les actualités

Qui es-tu Claude Cahun ?

Une activité en lien avec l'exposition Pionnières

Je suis née à Nantes en 1894. Mon vrai prénom est Lucy, Lucy Schwob.
Pour devenir artiste, j’ai trouvé cela plus simple d’utiliser un pseudonyme qui peut être porté aussi bien par un homme que par une femme. J’ai choisi Claude.
C’est aussi ce qu’a fait Marcel Moore, ma compagne de toujours. Elle s’appelle en fait Suzanne Malherbe.
Si c’est dur d’être femme et artiste aujourd’hui, c’était presque inconcevable de mon temps.
Ces deux noms, cette double vie, ces masques que je porte me suivent dans ma création, dans mon identité d’artiste.
Mes autoportraits me permettent de questionner les stéréotypes liés à l’identité. Un stéréotype est une opinion admise d’un sujet dans un cadre donné. Cette opinion peut être négative ou positive, mais elle ne reflète que rarement la réalité.
Je reste ambigüe, androgyne, j’aime flirter avec la frontière des genres.
Je pose pour l’objectif de manière travestie, habillée tantôt en homme, tantôt en femme, les cheveux longs puis le crâne rasé.
Je me maquille, me grime, me déguise, me prends en photo dans des mises en scènes travaillées.
Les miroirs, surimpressions, dédoublements et photomontages donnent un caractère surréaliste à mes compositions.

J’arrive à la conclusion que le « Neutre est le seul genre qui me convienne toujours ».

Je suis une pionnière de l’autoreprésentation.

autoportrait Claude Cahun
Autoportraits, vers 1927-28

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Atelier : à ton tour !

Maintenant, je vais t’apprendre à réaliser des autoportraits qui explorent ton identité, ton double.

Télécharge l'activité en cliquant ici

  • Trouve un endroit calme, où tu pourras poser devant l’objectif.

Dans un premier temps, nous allons travailler la scénogra- phie de ta photographie, la mise en scène, le décor.
Ce que tu cherches à photographier, c’est avant tout ta personne.
Crée un fond sobre qui te mettra en valeur.
J’aime utiliser des draps, un rideau, un mur neutre ou un miroir.

atelier Claude Cahun, mise en scène

  • Ensuite, règle la prise de vue de ton appareil.

En photographie, il y a des plans d’ensemble (on peut voir ta famille qui pose à coté de toi, et peut-être même ce qu’il y a autour), des plans moyens (tu seras visible de la tête aux pieds), des plans rapprochés (on peut voir ton visage, ton cou, ton coude et peut-être même ta main) et des gros plans (la photo montre une partie du corps, comme ton visage qui grimace).

Atelier Claude Cahun, différents plans

Pour un autoportrait, je te conseille le plan rapproché, ou le plan moyen, ils mettent en avant ton déguisement, ta posture, et ton expression en même temps.

  • Maintenant que le décor est fixé, il faut s’occuper de toi !

Pour se déguiser, tu peux utiliser du maquillage ou des accessoires, comme une perruque, un masque ou un chapeau. Parfois, j’emprunte des vêtements pour ne plus me ressembler.

Atelier Claude Cahun, déguisements

  • Enfin, il te reste à choisir ta pose.
Autoportrait en costume russe Photo (C) Paris Musées, musée d’Art moderne, Dist. RMN-Grand Palais / image ville de Paris
Autoportrait en costume russe
Photo © Paris Musées, musée d’Art moderne, Dist. RMN-Grand Palais / image ville de Paris

Vas-tu regarder l’objectif ? Préfères-tu être de profil ?
De face ? La photographie peut t’aider à capture une émo- tion, une idée, ou même transmettre un message.
Que souhaites-tu montrer ?

Mon appareil n’a pas de retardateur comme sur les téléphones d’aujourd’hui, j’ai du demander à mon amie Marcel Moore de déclencher les prises. Tu peux aussi te prendre en photo en selfie si tu as le bras long. Fais attention, le plan du selfie sera très certainement un gros plan, à toi de voir si cela te convient !
 

 

Jeune public
Miroir du monde
Du 14 septembre 2022 au 15 janvier 2023
Article
Merveilles de l’art ou de la nature ?

Ces fascinants objets exposés au musée