Man Ray, sans titre
Voir toutes les actualités

Man Ray et Donatien Grau

Je me suis toujours demandé pourquoi Paul Poiret avait (presque) fermé l’accès à son monde à Man Ray.

Poiret avait un don pour reconnaître les personnes capables de servir la mode. Il a su transformer la haute couture et la faire entrer dans une nouvelle dimension. L’époque où Charles Frederick Worth venait à Paris pour redécouvrir le XVIIIe siècle et l’amener dans le présent était révolue : la haute couture parisienne était en train de conquérir le monde. Poiret a inventé le livre de collection et a complètement repensé les imprimés avec l’aide d’artistes comme Paul Iribe et Raoul Dufy.

Alors, pourquoi s’est-il privé des talents de ce nouveau venu brillant ? D’abord parce que Man Ray était américain. Or, au sortir de la Première Guerre mondiale, les Américains étaient ceux à qui l’on apportait la mode, et non l’inverse. Il en était ainsi depuis des décennies. Ensuite parce que Man Ray était un moderniste, comme en témoignent ses expérimentations et son utilisation de la photographie en général. Il participait à la mode, qui était alors une tendance majeure, à la manière d’un artiste, mais n’appartenait pas au monde de la haute couture. Poiret a complètement réinventé la haute couture, tout en l’ancrant dans l’histoire. L’inclusion avait des allures d’exotisme. Man Ray représentait une voie nouvelle vers un monde dans lequel la mode viendrait des États-Unis, où les vêtements auraient autant d’importance que l’image, non davantage, et où la seule possibilité serait d’accepter la modernité et d’avancer vers l’avenir.

Il est possible que mon interprétation soit un peu forcée, mais ces raisons pourraient expliquer le comportement de Poiret. Il a permis à Man Ray d’utiliser son studio, car il ne pouvait pas arrêter le nouveau mouvement, mais rien de plus. Les jours nouveaux, qui seraient marqués par des modes éphémères et des images importées des États-Unis, étaient aux antipodes de la révolution vestimentaire initiée par Poiret, une révolution qui ne pouvait avoir lieu que sous couvert de la haute couture.

Donatien Grau

 

Découvrez les autres témoignages

Man Ray et la Mode
Réouverture le 15 décembre 2020