Gertrude Stein dans les jardins du Luxembourg
Voir toutes les actualités

Qui est Gertrude Stein ?

Portrait en 5 citations

"L'Amérique est mon pays et Paris est mon chez moi."

Gertrude Stein naît en Pennsylvanie en 1874, au sein d’une famille juive aisée. Elle est la cadette d’une fratrie de cinq enfants et grandit en Californie. Lorsqu’elle a 14 ans, elle passe sous la tutelle de ses frères, Michael et Leo.

C’est une déception amoureuse qui va l’amener à quitter son milieu, à 30 ans. Elle choisit de suivre Leo dans ses aventures : elle le rejoint à Paris, capitale des arts, dans la devenue célèbre rue de Fleurus – non loin du Musée du Luxembourg !

 

"Un écrivain devrait écrire avec ses yeux et un peintre peindre avec ses oreilles."

Illustration Gertrude Stein
Cézanne, Madame Cézanne à l’éventail 1878 ©Collection Emil Bührle, en prêt à long terme au Kunsthaus Zürich

Quand Gertrude Stein arrive à Paris, en véritable esthète, elle se lance à la conquête… de l’art moderne ! Elle s’intéresse autant à la peinture qu’à l’écriture, qui, selon elle, se nourrissent et se complètent.

Avec sa personnalité chaleureuse, mondaine et pleine de tact, elle s’intègre très vite dans le milieu artistique d’alors.

Elle rencontre de nombreux artistes, parmi lesquels Paul Cézanne, Henri Matisse, Pablo Picasso, James Joyce, Ernest Hemingway, Francis Picabia ou encore Jean Cocteau. Avec son frère, elle devient collectionneuse d’art et même première mécène de Pablo Picasso !

Cet environnement stimule et inspire son activité d’artiste écrivaine et poétesse. Elle se met plus intensément à l’écriture, dans sa langue natale, en adoptant un style tout à fait novateur pour l’époque. Elle rédige Trois Vies en 1909 devant le tableau de Cézanne (Madame Cézanne à l’éventail, 1878-1888), en tissant une réflexion sur la texture et la densité de l’écriture.

 

"Une rose est une rose est une rose"

Avec une liberté infinie, elle réinvente… le langage. Ce qui fait la singularité de son écriture ? La façon dont elle s’inspire de l’esthétique, la lenteur ou la sensualité de la peinture, mais aussi de la brièveté, la rapidité et la répétition de tout ce qui est cérébral et psychologique.

Et pour cause : cela fait écho avec ses études de médecine et philosophie qu’elle a suivi aux États-Unis. Son écriture est rythmée, pleine, à la fois sensuelle et intellectuelle.

 

"C'est ce que vous êtes tous... Tous les jeunes qui ont servi pendant la guerre. Vous êtes une génération perdue."

Dans son salon, elle reçoit de nombreux artistes après la Première Guerre Mondiale ; cette phrase, c'est à Ernest Hemingway qu'elle la souffle. Ce dernier en fait l'épigraphe de son roman Le soleil se lève aussi (The Sun also Rises, 1926). C'est le début d'un large mouvement artistique qui souhaite inventer de nouvelles valeurs et un nouveau langage artistique pour les exprimer.

 

"La désillusion dans la vie est de découvrir que personne ne peut jamais être vraiment d'accord avec vous sur tout."

Illustration Gertrude Stein
Gertrude Stein The World Is Round, illustrated by Sir Francis Rose New York, William R. Scott inc, 1939 ©Yale Collection of American Literature, Beinecke Rare Book and Manuscript Library

Souvent décrite comme la grand-mère du modernisme, Gertrude Stein mène une vie parisienne émancipée, au présent. Son esthétique et son style littéraire son résolument avant-gardistes.

Nouveau, expérimental, en rupture avec les codes classiques, son style surprend et détonne tout autant qu’il est source d’inspiration pour le monde artistique des années 1920.

Elle devient une figure reconnue, photographiée et peinte entre autres par Man Ray, Cecil Beaton ou Pablo Picasso.

Avec Pablo Picasso, tout particulièrement, elle tisse une collaboration artistique exceptionnelle...

 

À découvrir prochainement !

Exposition « Gertrude Stein et Pablo Picasso. L'invention du langage » dès le 13 septembre.

Tout public
Gertrude Stein et Pablo Picasso
Du 13 septembre 2023 au 28 janvier 2024
test banniere
Expo Match : la billetterie est ouverte !

Dès le 13 mars au Musée